E-Mail à la Ville de Durbuy


                                                                                                                                            

Bonjour,

Vous le savez, l’interdiction de filmer les débats du Conseil communal paralyse notre action démocratique d’informer le plus justement possible la population de l’entité de Durbuy, et c’est très dommageable.

Vous lirez ci-dessous, la retranscription d’un courriel que je viens d’adresser au Directeur général de la Ville de Durbuy, Monsieur Henri Mailleux, vous serez soigneusement tenu au courant de l’évolution de ce dossier sur nos divers médias.

______________________________________________________________________________________________________________________________

 

2017-11-30 17:09

Monsieur le Directeur général,

Cher Monsieur Mailleux,

Ainsi que je vous l’annonçais dans mon accusé de réception de votre lettre du 28 novembre, je me gardais d’une réaction immédiate, l’expérience m’ayant appris au fil des ans que la spontanéité gomme souvent la sagesse de la réflexion.

Aujourd’hui, je souhaite apporter des précisions et soulevés des interrogations par rapport à notre échange, tout d’abord, les précisions, dans la lettre susdite nous interdisant de filmer les débats du conseil communal du 29, il est écrit : Le collège communal a pris connaissance en séance du 22 novembre 2017, de votre demande de pouvoir filmer les séances du Conseil communal.

Tout lecteur attentif de mon courriel constatera aisément qu’à aucun moment, je n’ai sollicité l’autorisation, car elle me semble, de facto, inutile, les séances du Conseil étant ouvertes au public, et que le droit à l’image ne s’applique pas (selon certaines conditions) aux hommes et femmes politiques dans l’exercice de leur(s) mandat(s).

Mon courriel se voulant dès lors, simplement informatif, il y est défini notre mode d’action pratique et technique, sans plus, en bref, un e-mail prévenant de ce que nous allions faire et de quelle manière.

L’interprétation du texte qu’en fait la commune en le traitant comme demande d’autorisation est donc inappropriée.

Par ailleurs, dans la même lettre officielle de la Ville, je relève que la question de filmer le Conseil sera abordée lors de la séance du 29 novembre, vous étiez présent, j’y ai assisté, et j’affirme que cette question n’a pas fait l’objet d’une délibération où d’une simple interpellation aux édiles !

Me voici donc au stade des interrogations :

Pourquoi prétendre “faussement” que la question sera abordée ?

En déduction de quoi, je me demande encore à cet instant, pourquoi, réellement, cette interdiction ?

J’y vois, à tort ou à raison, la crainte de la conservation d’une trace numérique des débats ?

Ou encore, la possibilité de pouvoir indéniablement faire la démonstration de la preuve de la chose dite en séance publique ?

Une autre motivation justifiant l’interdiction peut-elle encore être invoquée ?

Je ne le pense pas, du moins après y avoir réfléchi.

A ces questionnements, nous obtiendrons des réponses, qu’elles viennent de la Ville ou d’une autre source officielle. Elles sont essentielles.

Depuis ce matin, pas mal de personnes souhaite savoir pourquoi la vidéo promise n’est pas en ligne et je ne suis pas en mesure de fournir une réponse satisfaisante, c’est frustrant.

Cette affaire qui nous occupe étant en rapport immédiat avec l’information à la population, l’intérêt public me semble évident, en conséquence une copie de ce courriel sera dès lors publiée sur les sites changeons.be et pays-de-durbuy.be, il en sera tout naturellement de même, de la réponse éventuelle de la Ville de Durbuy.

Monsieur le Directeur général, Cher Monsieur Mailleux, pour Changer? Changeons!, je vous présente nos sentiments démocratiques.

Sincèrement,

Alain ROPPE,

Fixe 086/21.30.05

GSM 0496/34.59.95

COPIE : Monsieur Bernard Adam, coordinateur du mouvement.

.

.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

36 ÷ = 4