Elections, référendum et commissions consultatives



Élection, listes et candidats.

Tout le monde doit pouvoir être  candidat aux élections communales. Moi, mon voisin, ma sœur, ce serait le bonheur.
Mais tout le monde n’a pas le temps, tout le monde n’est pas motivé par le service aux autres.
Ça réduit fortement les candidats.
Tout le monde doit pouvoir voter.
Tous les habitants de 18 ans et plus qui séjournent dans la commune depuis plus de 12 mois doivent voter
La « gouvernance » ça les regarde également.
Le principe reste.

La présence de partis politiques est un frein démocratique.
La population ne peut voter que pour les candidats des partis qui ne sont pas choisis pour leur compétence mais pour leur côté sympa, appartenant à un groupe déterminé etc.afin de faire un « maximum de voix et devenir chef ».
Cette situation exclu toute idée nouvelle. Le formatage « politique », la corruption des idées, le clientélisme qui est une forme de corruption,  font merveille.
L’absence de projets, tous partis confondus lors des dernières élections en sont la preuve.

Dans un premier temps il faudra faire avec.
Afin de faciliter l’arrivée de nouveaux élus et de nouvelles idées nous pourrions commencer par:

  • Faciliter de nouvelles listes grâce au parrainage systématique par les anciens élus
  • Favoriser les listes incomplètes.
  • Créer un service  d’aide communal aux nouveaux candidats pour qu’ils s’y retrouvent dans la jungle législative.
  • Accepter et pousser les listes jeunes.
  • Accepter et pousser les listes citoyennes
  • Rendre possible (ou obligatoire) les rencontres entre « candidats » et citoyens pour parler de l’avenir, des programmes et des projets de chacun

Dialogue, partage d’informations doivent être nos maîtres mots

Référendum.

Premier pas vers la démocratie directe, le référendum. Il doit devenir une composante de la démocratie à Durbuy
Grand mot lorsqu’il s’agit de communes rurales, c’est une des manières de demander l’avis à la population sur un ou des sujets donnés.
La question doit être claire et inclure la description du problème.
Par exemple: monsieur X veut installer une éolienne de moyenne puissance dans son jardin. Avant d’engager des frais, monsieur X désire connaître l’avis de ses voisins et des habitants de son village.
Son projet est de mettre une éolienne dans sa propriété et de ristourner la moitié de la production d’électricité au habitants qui le désirent.
La question n’est pas : « Monsieur X désire mettre une éolienne de moyenne puissance dans son jardin oui-non »
mais « Monsieur X veut mettre une éolienne de moyenne puissance dans son jardin et ristourner la moitié de sa production à ses voisins oui-non »
Il doit être organisé préalablement à tout engagement des élus et du demandeur.
Il pourra être organisé conjointement via des versions papiers ou électronique via le site de la commune et la carte d’identité électronique.

Quand organiser une consultation populaire ?
Chaque fois qu’un projet modifie le cadre de vie des habitants (ou d’une partie) d’un village d’une façon irréversible ou durablement: infrastructure en général, lotissement, projet immobilier, projet touristique…
Chaque fois qu’un projet citoyen destiné à améliorer  la qualité de vie voit le jour,afin qu’il soit discuté, accepté et amélioré par le reste de la population avant tout engagement. L’acceptation le rend prioritaire pour les politiques.Chaque fois qu’une pétition est engagée et recueille plus de 50 signatures du voisinage. Le sujet doit être débattu.

Le risque est de voir ce type de consultation se multiplier et de lasser les habitants. C’est le risque démocratique. Mais le rique positif est aussi de former une relève politique pour les élections suivantes.
C’est aussi une manière de dire aux élus: « il faut dialoguer, rencontrer, partager les informations avec les habitants »
Votre rôle n’est pas de décider « à la place de »,  mais de mettre en oeuvre ce que la population désire.
A vous de mettre votre compétence en avant si vous avez des réserves à émettre.

 Les commissions consultatives

Les commissions consultatives doivent être généralisées. Elles doivent rester « populaires » et les membres doivent être choisis par les habitants.
Le scandale de la CCATM à Durbuy, une vrais fausse commission consultative dans la majorité des membres sont CDH (Dont une  bonne partie sont des élus)
Chaque commission doit traiter transversalement des problématiques aussi différente que la mobilité, les infrastructures, la biodiversité, l’emploi etc.
Les avis sont communiqués aux habitants via le site internet de la commune.
Ces commissions peuvent être demandées par les habitants et n’exister que pour un seul avis sur un seul problème.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

÷ 9 = 1