Amener les citoyens à aimer la chose publique, pas de recette mais un rien fait du bien


Le gens ne veulent plus de la chose publique.

Il y a une belle part d’égoïsme: Pourquoi me fatiguer pour les autres et après moi les mouches !

Il y a ça mais d’autre choses également.
Ce pourrait être une absence de goût ?. Si vous n’avez jamais mangé d’huître, vous ne savez ni ce qu’on mange ni le goût qu’elle a.
Faire gôuter la politique aux habitants ? C’est une approche que le pays de Durbuy souhaite développer.

Pas besoin de symposium de la politique locale ou d’université d’été, quelques petits changements donneraient le ton.
Vous avez remarqué qu’au conseil communal, la moitié des mandataires tourne le dos au public.
Personne ne sait s’il dorment, jouent aux cartes sur leur téléphone, écoutent de la musique ou travaillent. Le public ne peut le entendre.
Pourquoi ne pas transformer cette table ovale en un beau U ouvert vers le public ? Histoire de rendre vraiment public les débats du conseil.
Seconde suggestion, déplacer le conseil de villages en villages dans les salles de village ou les salles des fêtes.
Pourquoi ne pas s’ouvrir à d’autres publics ?
Une troisième, donner la parole au habitants durant 30 minutes, librement sous forme de question(s)/réponse(s) aux mandataires communaux avant le conseil !
ça se fait dans d’autres pays. L’avantage pour le public, est d’avoir la possibilité de s’exprimer, de voir qui connait ses dossiers parmi les mandataires et pour les mandataires compétents, de pouvoir exprimer leur avis au public.
Une quatrième suggestion serait de mettre à la disposition du public le compte rendu complet du conseil…48 h plus tard.

Nous pourrions continuer à suggérer mais il faut se limiter à quelques lignes par article sous peine de ne pas être lu.
Déjà que si le mot “Coucke” n’est pas dans l’article, je passe de 300 lectures à 100….!

 

Changer ? Changeons !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 8 = 24