Conseil communal du 26 avril par alain Roppe et Marc Blasband


Réunion du 26 avril 2017 du :
Conseil Communal de Durbuy
Compte rendu citoyen.

Prélude :
Douce musique à entendre, cette fois, sans qu’il ne puisse être autorisé de prétendre qu’il y a un
essoufflement du collectif SOS-Durbuy (comme je l’ai entendu dire de la part d’un mandataire MR), il
avait été convenu de ne pas réunir les sympathisants en masse avant le conseil du jour, mais le
mouvement était bel et bien présent avec 4 personnes du “bureau“, histoire de montrer que nous
sommes toujours vigilants.
Conseil communal du 26 avril
Ce soir, ce n’est pas moins de 24 points qui sont fixés à l’ODJ pour être débattus en séance publique,
ODJ complété par 2 points ajoutés et 1 retiré après communication, le tout étant agrémenté en
préambule avec un exposé de Monsieur Lechien de l’ADL concernant le commerce de proximité et fort
attendu par l’opposition PS, MR, sans oublier Ecolo.
Avant de débuter l’exposé, on entend Freddy Paquet informer à qui veut l’entendre que la balayeuse
communale, une machine et non une technicienne de surface, est en panne, on y reviendra plus tard.
Donc, en ce qui concerne l’ADL, L’Avenir Net en a fait largement écho dans un article du 28 avril
(https://goo.gl/2Il0xI ), je me bornerais donc à vous indiquer des éléments complémentaires, à savoir :
Si j’ai bien compris, une implantation d’un nouveau commerce à Barvaux devrait obtenir l’aval d’un
logiciel informatique “Logic 2“, il devrait pouvoir déterminer de l’opportunité d’implantation en
fonction de la nature du projet d’établissement.
L’informatique, ce n’est pas loin du WEB, et si personne n’a vraiment cherché à approfondir le sujet
du soft “Logic 2“ André Tassigny souligne en réponse à Messieurs Lechien et Bontemps qui indiquaient
la concurrence d’Internet sur le commerce local, que chaque commerçant est libre d’avoir une vitrine
en ligne, la remarque du MR est tellement pertinente que Monsieur Lechien à indiquer que l’ADL a
multiplié les initiatives pour informer les commerçants locaux sur la nouvelle nécessité de se doter a
minima d’une page Facebook et au mieux d’un site Web.
(NDR : Il est exact que les initiatives en questions ont été mises en place, avec des réunions thématiques
répétées en 3 fois chacune à des heures différentes, toutefois, il semble que le succès a été plutôt
mitigé, même si les thèmes étaient développés avec beaucoup de sérieux et de compétences par une
collaboratrice de Monsieur Lechien.)
La cartographie a été abordée par le directeur de l’agence, Madame Le Bussy à préciser sur le sujet,
que la ville disposait déjà d’outils du genre, notamment dans son service de l’urbanisme, que dès lors,
il ne lui semblait pas utile de multiplier le même outil…
Les 20.000 € réclamés par la majorité sont vraiment la dragée qui fait mal à l’opposition, le dossier sera
revu plus tard.
(NDR : pour conclure sur ce sujet, j’aimerais reprendre encore les réflexions de Marc Blasband qui
collabore avec moi à la rédaction de ce compte-rendu citoyen, je le cite :Mon grand étonnement au sujet de cette proposition est le but de l’opération : renforcer l’ADL, même
à l’encontre d’autres départements de la commune. Je n’aurais jamais cru voir dans notre petite
commune ce que j’ai plusieurs fois vu à l’Union Européenne : défendre sa baronnie avant tout.
On peut après cette présentation se demander à quoi sert l’ADL, pourquoi renforcer le commerce ? Par
exemple :
Fournir des emplois.
Améliorer la convivialité des centres commerciaux de la commune.
Asseoir l’avenir de la commune.
Rien n’a transpiré à ce sujet au cours des débats. Par contre, il est clair que le bourgmestre préfère les
grandes surfaces, l’opposition, les petites unités. L’ADL lui, à la lumière des actions qui ont été décrites,
essaie d’aider les petits opérateurs.
Il est apparu qu’il n’y a aucun grand vendeur d’électroménagers d’Aywaille à Marche et qu’il y a là un
marché à prendre. Personne n’a souligné que le Traffic a récemment cessé cette activité, ce qui me fait
douter de la pertinence de cette remarque.
Autre étonnement. Alors que Durbuy a une forte ambition touristique, aucun fournisseur de l’horeca ne
s’y est installé. Il faut aller à Marche, Rochefort ou même Baillonville. )
Fin de citation.
(NDR : pour compléter le propos de Marc, souvenez-vous, un magasin de petit et gros électroménager
existait en Chainrue sous l’enseigne Xtra, mais le négoce est désormais fermé.)
Il est maintenant temps de vider l’ordre du jour.
Comme d’habitude, avec les salutations de mayeur, la réunion est déclarée ouverte, silence dans la
salle.
Le bourgmestre confirme le retrait du point 11 concernant la suppression des places à stationnement
à durée limitée dans Durbuy vieille ville, il confirme également l’ajour d’un 7a et 18a.
P1
Monsieur Mailleux rapporte les comptes de la fabrique d’église de Durbuy, pas de commentaire.
P2
Une seule observation en forme de rétro acte, l’échevin Mottet s’adresse à la cheffe de file PS pour
lui faire savoir son indignation par rapport à sa remarque au conseil précédent, elle avait fait savoir
qu’à son sens, les membres d’une fabrique d’église devraient remplir la mission bénévolement.
L’ancien bourgmestre demande à Madame Le Bussy pourquoi elle ne fait pas le job de conseillère
communale sous le même régime ? Il ajoute que l’émolument alloué dans les fabriques d’église est de
5% des recettes, que cela a été fixé par Napoléon (Concordat de 1801) et jamais modifié.
De l’éthique pour Laurence Le Bussy et de la légalité pour Jean-Marie Mottet.
P3
Aucun commentaire
P4
L’échevin Dumoulin présente le rapport d’activité de l’asbl C.O.D, il communique sur les comptes et le
budget, ici aussi, RAS.P5
Monsieur Mottet vide le contenu de ce point et ne suscite pas de remarque.
P6
Cette fois, Laurence Jamagne se saisit du bâton de parole, le conseil ne soulève rien.
P7
Ici, ce sera plus animé, il est question d’une mise à plat de l’offre d’information touristique de l’entité,
en fait plus précisément de ce qui existe pour Bomal, Barvaux et Durbuy, une refonte va intervenir,
c’est la fin de l’office du tourisme de Barvaux, il va vers Durbuy dans la nouvelle Maison du Tourisme
et du S.I, il ne subsistera à Barvaux que le Syndicat d’initiative, idem à Bomal.
Madame Le Bussy ne comprend vraiment pas pourquoi ce déménagement, Monsieur Dumoulin
indique que trois officines d’infos à Barvaux, c’est trop, que de plus, recentrer Durbuy est nécessaire,
c’est la vitrine de la ville et cela donnera une perspective plus large.
Jean-Marie Carrier (PS) est l’économe de service, il martèle que cette réforme occasionnera des frais
plus importants au S.I de Barvaux, plus de travail aussi, et qu’il devra se restructurer pour la
disponibilité.
Francis Dumoulin intervient en précisant que le nouveau directeur engagera une synergie et une
collaboration avec Barvaux et Bomal.
Laurence Le Bussy s’inquiète du devenir des locaux qui seront désertés, l’échevin Dumoulin n’est pas
actuellement en mesure de répondre.
La discussion s’éternise, mais les carottes sont cuites majorité contre opposition.
(NDR : réflexion de Marc Blasband : les rapports d’activité de l’OAL, Office communal du tourisme,
étonnent par leur thème. Ils dénotent une responsabilité d’action et non une responsabilité de résultats
: il y a eu 15 activités ai-je entendu, mais à quoi servent-elles, à qui et à quoi ont-elles bénéficié ? À
nouveau, une bureaucratie digne d’un autre âge et d’un autre niveau de pouvoir.)
P7a
RAS
P8
Une désignation doit intervenir, Laurence Le Bussy réclame un homme, sauf erreur, elle l’obtiendra.
P9
RAS
P10
Monsieur Mottet revient à la parole avec quelques commentaires pertinents sur la promotion des
langues endogènes, il indique que par la volonté du ministre Urbain en 1970, les écoles peuvent utiliser
la pratique du wallon, Mr Mottet s’inscrit aujourd’hui dans un profil d’historien. Il propose l’adhésion
à la convention de labellisation avec la mise en œuvre d’une quinzaine d’actions minimum pour la
promo, résultat du vote : binamé bon dju ! Po ‘ne fèye à fé, awè po turtos !
(NDR : oui à l’unanimité.)P11
Retiré
P12, 13 & 14
OK, à signaler simplement qu’au 12 le chef de file MR est revenu à l’adresse de Monsieur Bontemps
sur la problématique de stationnement, on connaît déjà ses positions à ce propos.
P15
Plan HP, le mayeur demande que le conseil vote en faveur d’un cahier des charges pour des
démolitions encore à accomplir dans le cadre de l’opération de rachat par la commune de parcelles
dans des parcs résidentielles.
Laurence Le Bussy signale qu’au parc des Macralles, la commune à confié des démolitions à une bande
de ferrailleurs, et que la situation est pire qu’avant, ces gens ont récupéré le “vendable“ et abandonné
les restes sur place, les lieux sont dans un état catastrophique et dangereux. Monsieur Bontemps
indique qu’il a récemment envoyé du personnel de la commune pour déblayer, et cela, avant la tenue
de l’assemblée générale des copropriétaires du domaine.
Le PS n’en reste pas là, et indique encore que les privés ayant anormalement démoli sur les parcelles
appartenant à Durbuy se sont vanté d’agir sur mandat de la commune ! Monsieur Bontemps précise
alors qu’il n’en est rien, on ne saura rien de plus.
André Tassigny demande comment le problème de répartition des charges aux Macralles a été réglé
par l’assemblée générale (Durbuy y étant représentée par le mayeur) Monsieur Bontemps signale que
des décompteurs d’eau seront installés, de même que des nouveaux décompteurs électriques, que la
commune sera dispensée d’intervenir pour l’eau à l’exception des travaux communs pour
d’éventuelles fuites, et qu’en compensation, la commune entretiendrait la voirie.
(NDR : le mayeur se trompe, une prochaine assemblée devra statuer sur sa demande d’exonération de
la quote-part pour l’eau, en effet, ce point nécessite un vote pour modifier la répartition des charges
et n’était pas inscrit à l’ODJ, tant qu’à présent, la commune est tenue à l’ensemble des obligations
découlant de l’acte de base du parc des Macralles et réputé faisant partie intégrante de l’acte notarié
d’acquisition.)
P16
L’acquisition d’un bois à Bomal est acceptée.
P17
SWDE, c’est OK
P18
Concerne une vente à 20€/m2 également OK
P18a
Le déclassement d’une parcelle Place aux Foires à Durbuy (Jean de Bohème) pour aller du domaine
public de la ville au domaine privé de la ville ! Ici aussi la presse déjà citée plus haut en parle dans le
même article, la défiance de l’opposition est palpable sur ce dossier de déclassement, pourquoi
changer les choses si ce n’est pour éventuellement profiter à terme à l’investisseur flamand !
(NDR : Marc Blasband remarque et je le cite : le bourgmestre a dû admettre que le projet
urbanistique à la base du déclassement n’existe plus. Ce déclassement doit donc se faire de sorte que
si Coucke change encore une fois d’avis, la commune puisse réagir rapidement aux nouvelles lubies dumilliardaire. Malgré toutes ses dénégations, le bourgmestre montre encore une fois qu’il est à la botte
de cet investisseur imprévisible.)
P19 & 20
RAS
P21
Le remplacement de la porte à Tohogne sera effectué.
Pour la balayeuse (nous y voilà) l’échevin Paquet indique que la machine actuelle est âgée d’une
quinzaine d’années, qu’elle a rendu bien des services sans pannes réellement notables, il propose le
rachat d’un même engin en version 2017 avec confort pour le chauffeur, vision par caméra, etc. Bref,
la machine dont tout bon cantonnier aurait rêvé de posséder.
Monsieur Tassigny estime que la machine actuellement en service n’a pas été aussi fiable que le
laisse entendre l’échevin des travaux, il propose une étude et soumet son idée d’un camion châssis
avec le matériel adéquat pour l’entretien des filets d’eau, etc. Il ajoute que point de vue mobilité,
lorsque la machine doit se rendre dans les hameaux en limite du territoire, elle ne peut circuler qu’à
faible vitesse, s’ensuit aussi un dialogue sur la couleur du carburant utilisé en fonction des types
d’engins, il assène que le camion serait plus pratique, plus rapide, plus rentable, la majorité n’est pas
d’accord.
Le chef de file MR demande une étude comparative approfondie, balayeuse versus camion balai. Il
faut encore savoir que la première machine à coûter à l’époque 130.000 €, la neuve devrait avoisiner
les 200.000 €. Le dossier devra revenir sur la table.
P22
Madame Le Bussy estime qu’il est honteux pour les communes d’exiger un payement pour le
transport des signaux et barrières Nadar demandé en prêts par des associations qui sont déjà bien en
difficultés financières et qui malgré tout continuent bénévolement leur rôle d’acteur dans des
festivités locales, des animations et autres manifestations populaires.
La majorité l’emporte malgré la ténacité de Laurence Le Bussy.
(NDR : pour ce qui est de faire “du fric“ le cdH a maintenant un maître en la matière…)
P23 et 24
Les deux passent, une chapelle sera de nouveau en pleine lumière, et du nouveau mobilier scolaire
sera acquis.
Ce conseil bien peu passionnant se termine avec l’invitation à sortir du bourgmestre, les 5 points
restants nécessitant le huis clos.
La prochaine date de réunion n’est pas encore connue, nous veillons au grain, tenez votre boite mail à
l’œil.
Ce compte-rendu non-officiel n’est nullement exhaustif des débats.
Rédacteur : Alain ROPPE avec la joviale collaboration de Marc Blasband.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 3 = 15