Nous avions dit que nous serions transparents comme l’eau claire. Voici le communiqué de presse concernant le déclassement de 54 m2 de voirie à Grandhan


 

La liste citoyenne « Changer ? Changeons ! » se pose des questions !
 

 Le 26 juillet, le conseil communal a voté le déclassement d’un bout de chemin situé place de Beaujeu à Grandhan (Durbuy).
Ce déclassement fait suite à une enquête publique lancée le 19 mai 2017. (photo en annexe).

Le texte de l’enquête, «…sont proposées au déclassement et ensuite vendue au riverain en vue d’y placer une station d’épuration (seul endroit possible) » laisse à penser que la station doit encore être placée et qu’il n’y a pas d’autres possibilité d’épuration.
 

  • La station est déjà placée depuis plusieurs mois à cet endroit. 

  • Une station équivalent 17 habitants est relativement encombrante, mais il est possible de mettre deux stations plus petites à l’arrière du bâtiment ou de changer le type d’épuration  au profit un lagunage dans le jardin.

Cette enquête publique serait-elle est un faux administratif ?

Ce serait grave de la part d’une administration et d’un collège communal.

Nous l’avons épinglé dans notre lettre du 29 mai, mais ni le collège ni le conseil n’en a tenu compte.
Le 14 juin, nous avons introduit un dossier à ce sujet auprès du Ministre compétant de l’époque, P-Y Dermagne, ministre des pouvoirs locaux. Dossier semble-il recevable.

 

Dans le même ordre d’idée, les extraits du registre du conseil ne reflètent pas les débats

 

  1. La question d’une conseillère communale et la réponse faite par l’échevin des travaux n’y figurent pas.
    Pourtant, il est apparu, à ce moment, que les travaux n’avaient pas été effectués en conformité avec les autorisations. (Réponse de l’échevin des travaux)
    L’urbanisme aurait dû faire arrêter la pose comme elle le fait dans d’autres cas sur le territoire. (EX : rénovation de « la poivrière » dans la Grand-rue à Barvaux)
    Pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ?

     

  2. Dans le registre du conseil également, « le collège estimant en effet qu’une vente de l’excédent de voirie serait plus appropriée qu’une autorisation d’occupation du sous-sol ».
    Il y avait donc une autre possibilité que le déclassement et la vente du bien ce qui rend totalement caduque l’argumentation justifiant le déclassement et l’enquête publique.

     

 Y aurait-il d’autres raisons moins avouables que le placement d’une station d’épuration  à cette transaction ?
Pourquoi offrir un parking à un loueur de gîte alors qu’un parking de 50 places existe de l’autre côté de la voirie ?
Pourquoi le collège signe-t-il cette enquête  alors qu’elle n’est pas nécessaire ?

Pourquoi ne pas louer cette parcelle durant 49 ans  comme parking ?

Nous demandons l’ouverture d’une enquête externe concernant ce déclassement.
Nous espèrons que les forces démocratiques de notre ville feront la même demande.
Enquête dont les résultats devront être publics.
C’est un enjeu de démocratie .
Demain, peut-être,
un responsable politique ou un employé décidera que votre propriété doit être emputée de quelques mètres pour y placer la fosse de votre voisin ou pour un tracer un chemin destiné à désenclavé un bien à lotir ?
A moins qu’on ne privatise ruisseaux et rivières pour permettre le développement d’une en treprise ou l’autre tout un programme !

(En annexe, l’affiche, lettre du 29 mai, extrait des délibération du conseil du 26/07 et une photo du parking devant la maison)

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 × = 81