Compte rendu du conseil communal de Durbuy du 02 août par Marc Blasband


Bonjour,

 

Je suis un héros: j’ai tenu 2 heures et demies à la réunion du conseil communal. J’aurais dû rester pour le reste, mais ces deux heures trente m’ont épuisé. Ce n’est plus de mon âge (73 ?). Je ne suis quand même venu que pour soutenir Madame Baudoux. Une quinzaine d’habitants “des macrales” étaient aussi venues dans ce but.

 

J’ai pris des photos. Bien trop mauvaises. J’ai tenté de faire un film. Totalement raté.

 

Barvaux

 

D’abord, deux heures de technocrates qui présentent leur plan pour le centre de Barvaux. En fait un remake de l’étude de 2007. Quelques points.

 

  • Une idée intéressante: renforcer l’image historique de Barvaux en présentant mieux son patrimoine architectural. Note: aucune mention ici du syndicat d’initiatives et de feu Roland Vanhex; il a présenté des anciennes photos sur les murs actuels des bâtiments photographiés à l’époque.

  • Une tentative dans l’air du temps: interroger les habitants. Des résultats peu conclusifs ou prévisibles.

  • Définition du périmètre. Ceci semble une arcane bureaucratique. Mais qui pose question. Quand on change l’affectation d’une route ou d’un quartier qu’en pensent les habitants? Par exemple, si le haut de Chainrue est intégré dans le centre à cause du développement du bâtiment des pères Oblats, qu’en pensent les riverains?

  • Un a priori technocratique: l’architecture va rendre les gens heureux.

  • Un oubli de taille: les engagements de la COP 21. Même Techeur, une écologiste cependant, ne l’a pas cité.

  • Un oubli culturel: l’interrogation des habitants montre que beaucoup se rendent dans le centre à pied. Aucune proposition ou réflexion pour favoriser ce mode de transport. On ne pense qu’en terme d’auto. Absence de réaction d’écolo.

  • Un oubli de futurologie: que faire si par chance l’essence montait à 5€ le litre?

  • Un oubli de prospective: notre économie continue à aller mal. Il y a de plus en plus de pauvreté. Que prévoir si cela empire encore?

  • Encore un oubli de taille. Quel impact auront les voitures sans chauffeur?

  • Un oubli géant: l’augmentation du trafic due aux clients de LPM.

  • Un oubli inquiétant: de nombreux logements sont inoccupés à Barvaux. De nombreux locaux commerciaux aussi. Beaucoup d’officines ne favorisent pas la convivialité. Ce plan propose implicitement de nouvelles constructions. Ne faudrait-il pas un moratoire tant que les espaces vides ne soient remplis? Ne faudrait-il pas réfléchir à l’attractivité de Barvaux en général et non exclusivement par la lorgnette de l’architecture? Absence de réaction MR et PS.

  • Un oubli paniquant. La santé. La Maison médicale et les autres médecins couvrent convenablement la commune. Pour toute hospitalisation, il faut se rendre à un vingtaine de kilomètres, à Marche. Si c’est très acceptable maintenant, qu’en sera-t-il si l’essence est à 5€ le litre?

  • Une réaction du bourgmestre: si rien ne s’est passé à la gare depuis 2007, c’est la faute à la SNCB, si rien n’a été fait au cinéma, Grand Rue, c’est la faute au propriétaire. Pour lui c’est toujours la faute des autres. Or c’est son boulot de convaincre.

  • Comme beaucoup de spécialistes du domaine les auteurs du rapport n’ont rien appris du passé. Pour eux l’avenir sera comme aujourd’hui. Il n’y a pas eu de choc pétrolier, pas de prêts sulfureux, pas de Brexit, pas de SIDA et pas d’Ebola, pas de guerre. Le Zika ne viendra pas chez nous. Pour eux ce genre de secousses ne se produiront pas et elles n’influent pas leur réflexion.

  • Vision générale: la commune commande un rapport pour donner l’impression d’action et de dynamisme.

 

Présentation citoyenne par Madame Boudoux

 

Je lui ai demandé le texte de son intervention.

 

À l’écoute, il manquait dans ce texte la responsabilité (historique) de la commune dans ce drame, ainsi que le rôle de la commune dans l’évolution de la situation.

 

Le bourgmestre se drape dans le rôle du privé et du public. Il oublie que les agents immobiliers refusent de vendre ces parcelles à cause de ses interventions. Que les actions de la commune ont fait que le prix du terrain dans le domaine des macrales soit tombé à un niveau incroyablement bas.

 

Le bourgmestre brandit la zone de loisirs comme argument. Or c’est œuvre d’hommes. Ce que les hommes ont fait, les hommes peuvent défaire. Ce n’est pas comme l’Ourthe ou les collines. Mais y toucher semble plus facile (par exemple passerelle à Barvaux) que changer ces affectations.

 

Il n’a pas répondu à la remarque qu’il prépare le lit de LPM.

 

Comme d’habitude, ce n’est pas sa faute, c’est la région cette fois-ci. La commune elle, a investi 650,000€ pour reloger, combien de personnes? Comment? En plus, des gens qui ont choisi de vivre autrement et non dans des appartements. Les technocrates décident comment nous devons nous loger. Quelle arrogance!

 

Il y a une autre politique possible: améliorer les manquements. M. C. m’a raconté, la commune l’a poursuivi il y a quelques années parce qu’il avait des tonnelles devant sa maison. Il a gagné en appel: ces tonnelles ont été considérées comme des extensions de son domicile. Mais il n’a reçu aucune autre remarque officielle, pas plus que les autres résidents. Sur papier tout est parfait. S’il y a effectivement des manquements à l’électricité, comme le bourgmestre l’a soutenu, c’est, je crois, assez simple à corriger. Le conseiller Durdu ne va certainement pas me contredire.

 

Les ventes se font par décision volontaire des propriétaires. En fait, quand ils sont usés et broyés par les tracasseries de la commune que certains comprennent à peine.

 

Et puis les mots volent bas: j’ai entendu parler de marchands de sommeil. Le Syndic ne serait pas à la hauteur.

 

Si la pauvreté va encore augmenter, si l’économie va bientôt s’effondrer, comme beaucoup le croient, nous devrons utiliser toutes les infrastructures dont nous disposons. Ne trouvez-vous pas que détruire les macrales (ainsi que les Chaînées) semble dans ce cadre une stupidité profonde.

 

Conclusions

 

On me dira, comme souvent, que je parle sans savoir. Peut-être, mais puis-je avoir une opinion de citoyen? Mes remarques sont-elles déplacées? Par contre, où est l’opposition officielle? Où est la presse? Personne ne remplit son rôle démocratique.

 

Par ailleurs, j’ai une excuse: j’ai subi deux heures de présentation de technocrates sans vision avec en plus un power point de qualité nulle. Que suis-je aller faire là, à part soutenir moralement madame Baudoux?

 

Le bourgmestre tait l’objectif de sa politique qui semble être faire de Durbuy une commune de riches, sans pauvres.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

86 − = 85