Les citoyens ont de bonnes raisons de ne pas voter … What Else ?


Sujet sérieux.Trop sans doute pour être lu.
Qu’à cela ne tienne mais faire tenir une telle rhétorique dans 15 lignes est un défi pour un bavard.

C’est la lecture d’un article paru dans“Contretemps” qui motive cet article.
Dans cet morceau de livre, les auteurs (Thomas Amadieu et Nicolas Framont) expliquent une situation que Durbuy connait bien
Pourquoi cet amorphisme vis à vis des politiciens ?

  • Une situation sociale qui favorise de désengagement politique. La peur de la précarité. (Ferme ta gueule et travaille !)
  • Salariés et des TPE misent en concurrence. Ce qui rend impossible la formation de groupes de pression.
  • Des inégalités sociales en termes de gestion du temps. Les cadres, la classe aisée et les professions libérales aménagent plus facilement leur temps de travail qu’un ouvrier qui fait des pauses, travaille en intérim ou dans l’horeca. Idem pour les indépendants en service 6 ou 7/7 jours
  • Les faux remèdes à la crise des partis: faire entrer la société civile dans la gestion locale, société civile qui  représente les mêmes groupes dominants: Ex la CCATM à Durbuy
  • Une démocratie participative “poudre aux yeux”. Politiciens qui s’adressent toujours aux mêmes groupes, avec leurs codes et leur vocabulaire excluant ainsi la majorité de la population qui se sent ridicule face à une prose qu’elle ne comprend pas.
  • Le fantasme de la démocratie numérique rendue impossible par la Fracture numérique.

Tout cela ne serait que rigolades si les partis politiques n’y avaient ajouté une diminution drastique de la solidarité : stigmatisation du chômage, des maladies de longue durée, des handicaps, réduction de la solidarité en faveur des jeunes, recul de l’âge de la pension, réduction des remboursements des médicaments et autres prestations sociales, immobilisme face aux scandales financiers et industriels.etc.

Les démocraties occidentales se sont construites autour de cette idée de solidarité. Normal qu’elles se disloquent avec sa disparition.

L’abstention et le vote protestataire  deviennent alors les seuls moyens d’expression de la majorité de la population.
 

 

Changeons, changer !

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 × 1 =