Interpellation citoyenne du 29 mai. Lettre de Pascale aux responsables de la politique locale.


Lettre adressée au Bourgmestre, aux membres du Collège et du Conseil Communal de Durbuy,
(je n’ai pas toutes les adresses mail , je suis désolée …   merci de faire suivre !)
ainsi qu’à quelques citoyens et amis …
en suite de l’interpellation citoyenne sur la gestion climatique  au plan local du 29 mai 2019.
 
Mesdames, Messieurs,
 
Je tiens à vous remercier pour l’attention consacrée aux quelques questions de citoyens concernant l’urgence climatique.
 
Vous avez répondu avec sincérité – ce dont je ne doute pas – et avez cité différentes actions entreprises localement
– pour la gestion des énergies et l’isolation dans les bâtiments publics, en lien avec les exigences des GIEC -COP &C° pour réduire le CO2
– la nécessaire sensibilisation des enfants et des jeunes à travers les animations scolaires et les partenariats
sur les thèmes de l’environnement, de l’alimentation, du jardinage et de la chasse aux déchets,
– la fructueuse collaboration avec Natagora , la gestion de réserves naturelles sur le territoire et des plans “Life” européens,
– les questionnements et efforts fournis pour gérer les déchets, les ramasser, les trier et les recycler,
– les initiatives et expériences diverses pour faciliter la mobilité douce et les déplacements collectifs sur le territoire
– les stations d’épuration des eaux
– les labels communaux obtenus de Commune de Commerce Équitable et de Tourisme Durable …
– …  etc  (j’en oublie sûrement !)
 
Je salue tout cela ainsi que toutes les autres initiatives et actions entreprises par ailleurs, par vos services (l’ADL, le PCDN, le PCS  par exemple)
et par d’autres associations, asbl, coopératives et groupes de citoyens de toutes sortes …
 
Car il y a urgence …. !
Ceux qui sont proches d’un jardin, d’une forêt, d’un champ  le savent et le sentent au quotidien : il y a 1000 indices de changements en cours…!
Ceux qui sont proches des gens, proches des personnes plus fragiles et vulnérables,  le savent avec certitude … Il y a urgence !
 
Alors on ne sait pas, certes, vers quoi l’on va  exactement et ce à quoi on va devoir s’adapter.
 
Car par delà les objectifs de réduction de gaz à effet de serre-émission de CO2, force est de constater
que ce changement climatique est en cours, que l’équilibre éco-biologique est perturbé et que ça ne  s’arrêtera pas !
Et cela est couplé d’un bouleversement fondamental de l’organisation de nos sociétés et de notre économie, de notre “vivre ensemble” !
 
Ce que je sais, c’est que la “survie”, la traversée de ce bouleversement,  passera par cette capacité de voir, de  sentir , de s’adapter, de collaborer, de se serrer les coudes et de se montrer à la fois vulnérables et créatifs !
 
Et cette dimension là, je ne l’ai pas perçue hier soir dans votre réponse à notre questionnement de citoyens inquiets….
 
Je vous livre une observation récente de 3 situations conjointes – je vous invite à la voir  avec le recul d’une vision globale :
… juste une illustration d’un décalage révélateur …
 
1. Lors d’une réunion au Centre Culturel, il est question de centrer la prochaine saison sur les thèmes de l’environnement, le climat, la ruralité et l’alimentation. Dans ce cadre, Véronique L. mentionne le projet d’animations scolaires sur ces thèmes au fil de l’année scolaire prochaine  et des partenariats se tricotent avec enthousiasme, avec le projet d’un grand rassemblement pour le climat dans le parc communal.
2. La même semaine, un article de journal souligne (avec joie) que la réputation de Durbuy va jusqu’en Chine et qu’une délégation de Chinois a visité Durbuy et la recommandera  aux millions de touristes chinois en voyage …
3. Par ailleurs, la même semaine, un autre article salue l’audace d’une start-up canadienne (les jeunes osent tout !) qui  commercialise de l’air pur pompé près des lacs et montagnes canadiens, dans des bouteilles sous pression, livrée avec un masque respirateur, qui procure 150 bouffées d’air pur  et les exporte … vers la Chine pour la modique somme de 200€ la bouteille (… savez vous combien de bouffées d’air nous inspirons par jour ?)
 
Bien entendu, les touristes chinois et les bouteilles d’air canadiennes voyagent en avion  autour de la planète…
 
 
Après avoir commercialisé et “exploité” (c’est à dire  tirer profit) de la terre, des semences et de l’eau , voici que c’est l’air et l’oxygène qui bientôt seront soumis aux spéculations les plus féroces …
 
La Chine et le Canada, c’est loin et c’est pas nous …?!!?
 
Comment sont gérées les terres  de “nos” paysans qui arrêtent leur métier ou sont expropriés ?
Qui les achètent ?  Pour en faire combien de béton, de sapins de Noël,  de zonings, de parkings et de lotissements ?
Et sans terre et sans paysans …  que mangerons nous demain … qui ne soit importé … de Chine peut être ??!
Qu’en est il de “notre” eau , de nos réserves d’eau et de notre rivière ?  … pompée, “jacuzziée”, chlorée, exploitée, remuée, bousculée, polluée …?
Qu’en est il de “notre” air , de nos forêts, de la quiétude de nos campagnes ?
Comment imaginer un tourisme “sain” qui  soit partage d’un patrimoine et qui préserve tout cela dans la durée ?
 
Les choix et décisions pris aujourd’hui  auront des conséquences sur notre survie “basique” de demain !
Monsieur le Bourgmestre, je vous ai entendu, hier, dire votre peur  pour les enfants et petits enfants à venir…
 
Oui, il y a de la peur en chacun de nous et se voiler la face ne nous aidera pas à traverser cette période houleuse.
Ayons l’audace d’une vision collective porteuse  d’un avenir possible !
Mettons nous autour d’une table – de plein de tables ! – pour échanger nos idées et nos talents !
Car on aura bien besoin de tout le monde !  … de la bonne volonté, de la créativité et de l’énergie de chacun !
 
Je termine par ce lien vers une analyse du GIEC et des scénarios d’avenir possible …
Avec mes remerciements pour votre bonne attention … et pour les suites nécessaires !
 
Pascale Fettweis
 
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + 1 =