Jean de Bohême, argumentaire et conclusion.


Concerne : Le Sanglier des Ardennes SA Démolition et construction d’un Hôtel + restaurants de 74 chambres à Durbuy.

Madame, Monsieur,

Vous trouverez ci-dessous nos remarques concernant la notice d’évaluation des incidences sur l’environnement, complément du 25/10/2018.
Le projet est connu puisque nous avons déjà fait des remarques à son sujet le 12 juillet de cette année.

Mobilité
Nous avons pris note qu’un voiturier prendra en charge les véhicules des clients et que le parking sera privé. Cependant, il n’est prévu que 50 places de parking pour un total de 96 chambres (?) et nous n’avons pas trouvé de solution concernant les cars/bus.
Nous pensons que le parking ne correspond pas à la capacité de l’Hôtel et qu’il est nécessaire d’augmenter les places disponibles.

Restaurant (s)
La question posée est la suivante : la capacité de cet établissement n’est-elle pas eccessive par rapport au potentiel clientèle et simplement à la surface disponible pour tous ces promeneurs à Durbuy vieille ville (2ha)

Chauffage et production eau chaude
Nous n’avons pas trouvé de système de chauffage d’appoint type panneaux solaire thermique.
Pas plus qu’il n’est question de géothermie
L’ensemble du chauffage sera assuré par des chaudières au gaz, combustible fossile produisant une quantité importante de co2 et autres gaz à effet de serre.
La ville de Durbuy a pourtant signé la « convention des maires ».
Cette pollution supplémentaire n’est pas signalée dans cette étude à la question figurant au point 5a, il faudrait répondre oui.

Eaux de pluies et test de percolation
— À la question 5b (Le projet donnera-t-il lieu à des rejets liquides sur ou dans le sol) la réponse est non.
Pourtant, une partie des eaux de pluies sera bien rejetée dans une tranchée drainante. Quelles seront les retombées sur l’environnement ? Les riverains ?
– Calcul d’utilisation de la citerne, j’ai du mal à comprendre comment il sera possible de stocker 1040 m³ d’eau dans une citerne de 80 m³.
Le changement climatique auquel ce type d’établissement participe largement change depuis plusieurs années la répartition de pluies (et la quantité) sur l’année avec des périodes de sécheresse de plus en plus longue.
Compte tenu de la quantité d’eau nécessaire (1555 m³ par an), il ne faudra qu’une absence de pluie durant 2 semaines pour que les citernes soient seches. Cette année, nous sommes restés 6 semaines sans une goutte d’eau.
Il faudrait au moins tripler les capacités pour que ces citernes deviennent utiles.

Nuisances sonores
Question 5f
Dire que ce type d’établissement ne provoque pas de nuisance sonore est un mensonge.

Gestion des eaux usées

Le document cite le chiffre de 108l/min comme débit théorique des eaux usées.
Ces chiffres sont largement sous estimés, en effet, si l’hôtel est complet, les pointes pourraient être multipliées par 4, 74 chasses d’eau *6l =444 l/min.
Le réseau d’égout existant est-il suffisant ? L’étude a-t-elle été faite ?

Conclusions
Nous n’avons pas trouvé dans cette enquête, de chauffe-eau solaire, de panneaux photovoltaïques, d’électricité verte, de géothermie, une gestion des eaux pluviales incomplète, aucune gestion des eaux usées, etc.
L’accent est mis sur l’automobile (voiturier et parking) et non sur les transports en commun.
Pas de navette prévue pour la gare de Barvaux.
Nous pensons que la constrution d’un hôtel de ce type est une erreur, car il ne s’intègre pas dans une gestion durable du tourisme en wallonie.
L’autoriser sans un gros effort « sur le durable » serait un mauvais message pour la population à qui on va demander de gros efforts dans les années à venir.

Pour le pays de Durbuy ASBL
Bernard Adam
Rue du Colonel Vanderpeere 5
6940 Durbuy

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × = 24