Durbuy, number one pour réchauffer la planète.


Haaa Durbuy, sa ville médiévale, ses navettes, son marché de Noël, sa pollution et son climat particulier.

A Durbuy, “La plus petite ville du monde” on fait tout en grand.
La pollution, le réchauffement climatique et l’érosion de la biodiversité, sont traités sur grand écran.

Toute pollution est bienvenue, les vieux bus Bus A320, un des plus polluants qui existe, de nouveaux hôtels sans géothermie, sans photovoltaïque, sans récupération utile de l’eau, sans épuration des eaux grises, sans toiture verdurisée, des parkings à la place de maïs et du tarmac à la place de verdure et d’arbres.
Durbuy, l’attraction touristique où la voiture est reine. Des milliers de places de parking et toujours de nouvelles à construire
Des employés qui voyages au Japon ou en Inde à la recherche de hordes de touristes, histoire d’augmenter encore un peu la pression, la pollution environnementale et sociale sur la région.
Durbuy et ses Kayaks, armes de destruction massive de la biodiversité, de la rivière.
Durbuy, son odeur de frites froides, ses vieilles graisses dans les égouts et ses poubelles débordantes.
Durbuy, sa patinoire et ses 60.000 kw d’électricité consommés et ses puissants gaz à effet de serre que sont ses fluides frigorigènes
(Calcul fait sur base de patinoires comparables dont les consommations sont publiques )

Durbuy, Durbuy, Durbuy.
Que font les élus censés protéger les habitants et leur santé ?
“Là, j’ai un blanc !”

Changeons ! 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

96 ÷ 16 =