L’eau et le climat: help !


On ne peut séparer les deux. 
C’est comme l’œuf et la poule : qui fait la poule et qui fait l’œuf.
Par curiosité, je suis allé voir les statistiques (y a vraiment des statistiques sur tout !) qui concernent la quantité d’eau qui nous arrose chaque année.
Le pluviomètre de la RW le plus proche, c’est à Erezee. Il n’y en a pas à Durbuy.
On peut avoir les statistiques pluviométriques par jour ou pas mois et donc par année, les moyennes et les écarts type
Les stats disponibles commences en 2002 pour finir la veille de votre consultation. L’année 2019 s’arrête donc au 08 octobre. (puisque j’écris le 09)
Pour comparer sur la longueur, j’ai pris les stats annuelles et hooo surprise, l’année la plus sèche, c’est 2018 et la plus mouillée, c’est 2002.
Entre les deux, plus de 500 litres d’eau au m2 !
1270.4 litres en 2012 et 711.50 litres en 2018
Pour 2019, si on extrapole d’une manière linéaire, il devrait y avoir +/- 850 litres d’eau au m2 soit la seconde année la plus sèche depuis 2002.

Nous ne sommes pas à l’abri d’une pénurie d’eau. La Belgique, est d’ailleurs classée dans le peloton de tête à ce niveau, la 23e place sur 164 dans les pays les plus exposés à une pénurie d’eau.
La logique voudrait qu’on épargne cet or bleu.
À Durbuy, non seulement on continue à gaspiller l’eau mais en plus, on bétonne, on supprime les zones humides, les pâtures et les zones agricoles pour faire des parkings, des lotissements pour touristes, on tuyaute les fossés.
Bref, on empêche les nappes de se remplir.

Ils sont fous ces Durbuysiens !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × = 15