Contre les violents tourne la violence (Aragon)


Revoilà les gilets jaunes et les gros titres des médias, les ministres qui s’expriment, la violence, l’extrême gauche…
(Bizarre, on ne parle guère de l’extrême droite, porteuse elle, de toutes les violences.)
Mais ce n’est pas le propos.

Le titre ne parle pas de la violence des gilets jaunes mais bien de celle des élus.
Par exemple, lorsqu’un élu impose un changement radical dans cadre de vie d’une centaine d’habitants, son acte est extrêmement violent.
Il frappe de plein fouet la vie des gens, leurs espoirs, leurs futurs, la vie de leurs enfants.
C’est un “paf dans ta gueule”, “si t’es pas d’accord, casse toi”.
Cette violence, c’est la même lorsque l’élu impose sa vision de l’agriculture à un village malgré les risques inhérents à son projet, le bruit, les odeurs, les pollutions des nappes phréatiques.

Un jour, inévitablement, la contre violence s’installe.
Et naissent des Gilets Jaunes
Et les élus se demandent pourquoi ?

Grandhan vu par Bontemps
Grandhan vu par le Bourgmestre de Durbuy…malgré l’opposition des habitants,
la ville à la campagne 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

30 + = 35