Vulpia or not Vulpia 1


Il y aura 3 articles à ce sujet.
Le premier concernera le choix de PB et collège concernant ce complexe aux pères Oblats
Le second sera une projection de ce qui pourrait être à travers le filtre climat/environnement/social
Le troisième concernera la réponse à l’enquête publique.

On commence…
Vulpia or not Vulpia.
Vulpia est une société flamande spécialisée dans la construction  et l’exploitation de résidences services et maison de repos “de luxe” (www.vulpia.be/fr/). Actuellement, 42 sont en exploitation et 4 en construction.
Il y  a une maison de repos / résidence service à Baillonville, “La Résidence Véronique” exploitée par Vulpia.

A Petithan, il y a également une maison de repos, “La rose Blanche” qui compte 80 chambres et une résidence service de 27 appartements.

Le projet immobilier de Barvaux comprend 28 appartements, une résidence senior de 22 appartements, une maison de repos de 62 chambres et d’une résidence service (Je n’ai pas trouvé le nombre d’appartements dans la présentation du projet) couplée à la maison de repos.
A première vue, une population de +/- 200 personnes…de 65 ans et plus.
Un bon point pour les futurs habitants, les constructions se situent en centre village.

Le soucis, c’est pourquoi s’adresser à une société flamande spécialisée dans des produits “de luxe” alors que notre population est plutôt pauvre ?
Pourquoi ne pas avoir mandaté, comme à Marche, le CPAS , pour construire cet ensemble? (Idem à Hotton et Erezee)
La résidence service à Marche est en outre un bâtiment passif, avec des charges peu importantes pour les locataires, ce qui n’est pas le cas chez Vulpia. (En tout cas, ce n’est pas mentionné).

Les prix justement…
“Belle Maman” qui occupe une appartement à la résidence service du CPAS de Marche paie 400 €/mois de moins, service égal, que à la résidence Véronique (Vulpia)
Elle a conservé sa voiture et une place de parking. (Ce qui n’est pas prévu dans le projet de Barvaux)

Le prix d’un appart en résidence service chez Vulpia peut varier de 1500 €/mois à 2000 €/mois suivant les régions alors qu’il varie de 1000€/mois à 1100€/mois pour ceux des villes ou des CPAS.
Par an, entre 12.000 et 13.200 € pour les CPAS/Communes et entre 18.000 et 24.000€ dans le privé.

Petite piqûre de rappel pour PB et le collège de Durbuy (Pour les autres aussi)
Part des 60 ans et plus dans la population de Durbuy: 28.2 %
Ménages, Revenus inférieurs à 20.000: 44.8%
Revenu médian par déclaration (ménage) : 22.038 €
Part des pensionnés “grapa” : 8.42 %
Pension min pour une carrière complète: 1525 pour un ménage et 1220 pour un isolé
Pour une carrière incomplète…

Mis à part les fonctionnaires, et encore, on imagine mal comment notre population va pouvoir payer, à moins que de vendre sa maison pour les plus chanceux, le prix demandé par Vulpia.

Pourquoi alors choisir cette voie ?


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× 2 = 14

Commentaire sur “Vulpia or not Vulpia

  • van der kaa mh

    OUI….
    Que pouvons/voulons-nous proposer d’alternatif ???
    Telle me semble être la question… à laquelle de micro-réponses sont déjà fournies avec pour épicentre Barvaux, et donc les problèmes de mobilité pour beaucoup…