L’enseignement Communal à Durbuy. Demain, en panne?


 

L’enseignement à Durbuy, c’est une institution.Les écoles Communales de BarvauxBomal, de Borlon, de Tohogne, de Heydde Izier et de Petithan sont là pour vous… Je ne me moque pas, c’est vrai.
En plus des écoles maternelles et primaires, il y a l‘extrascolaire, l’immersion en langues et la citoyenneté. J’ai oublié un tas d’autres choses.
Il manque cependant cette petite chose qu’il faudrait pour que ces institutions s’inscrivent dans l’avenir, c’est l’étude de l’environnement. Rien n’est parfait.
Tout ceci n’est pas mon propos. En fait, c’est le maintien de ces écoles dans l’avenir qui m’inquiète.
En effet, en 16 ans, la proportion d’enfants entre 4 et 14 ans est passé de 13 % à 11,4 % soit une baisse de 0,1 % par an.(Source Walstat)
En supposant, et tous les voyants sont au rouge, que cette tendance s’accélère, il faudra fermer des classes sur la commune.

Que faire ?
Il faut maintenir les jeunes ménages sur la commune. À l’heure actuelle, la politique du tourisme comme seul outil de développement diminue le nombre des demandeurs d’emploi non qualifié, mais augmente le nombre des demandeurs d’emploi au niveau d’étude moyen et supérieur (Source Walstat).
Cette situation provoque la migration de ces derniers.
Si on ajoute la non-gestion des biens immobiliers qui engendre des prix excessifs, on comprend pourquoi les jeunes diplômés partent vers des contrées plus accueillantes.

Bref, tout est dans tout. L’absence de gestion cohérente dans une commune donne des fruits médiocres.
Le pire reste à venir si on continue dans cette voie.

Changeons

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 4 = 3