Sous les kayaks, des sous et des soucis de santé.


Il y a des bruits.
 Adventure Valley ne respecte pas la législation en vigueur concernant les kayaks : trop de kayaks dans trop peu d’eau.
Un autre bruit, plus discret, chatouille nos oreilles : les autorités compétentes, Bourgmestre  et Ministre,  seraient d’accord.
Normal direz-vous ! Détruire totalement 10 km de rivière sous la bannière “La nature au bout des doigts”, semble logique.(Pour rire)
Ce qui l’est moins c’est la permission donnée à un opérateur de mettre la santé de ses clients en danger.

L’eau doit respecter des normes sanitaires strictes pour être une zone de baignade. Sur le territoire de Durbuy, la pollution est telle qu’ aucun tronçon ne respecte ces normes.
La baignade est donc interdite partout ! 
Lorsqu’il fait chaud, les kayakistes ne se gênent pas pour prendre un petit bain frais, s’il n’y a pas d’eau assez, ils portent la barque, bref ils se baignent.

La question est double : une entreprise peut-elle mettre en danger la santé de ses clients pour générer des revenus ? Là, on dit non. Adventure Valley devrait renoncer à ses kayaks puisqu’elle connaît les dangers.
(Si elle continue, un jour ou l’autre, elle sera au centre d’un scandale qui signera le glas de ses activités.)
Un bourgmestre, ou un ministre, peut-il autoriser cette entreprise à agir ainsi alors qu’il connaît les enjeux de santé publique ? 
Ne pourrait-on pas parler de non-assistance à personne en danger ? De mise en danger de la santé des touristes.
Quel est le degré de responsabilité politiques en cas d’intoxication grave ? 

Et nous, on sait aussi …! 

Alors.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 1 =