Le tourisme change, les règles également. Le nouveau code wallon du tourisme …!


Tout change. 
Le code wallon du tourisme était un peu vieillot. Depuis 2015, les différents gouvernements wallons se sont penchés sur ce gros bébé et fin 2017, le code wallon du tourisme nouvelle mouture nous a été communiqué.
Il faut être courageux pour le lire en entier, mais je fais le serment d’y arriver. 
Pour les curieux, il est ici (en partie car pour compliquer encore un peu le travail des wallons, le gouvernement renvoie systrématiquement à des décrets antérieurs… Pourquoi faire simple lorsque l’on peut faire compliquer)

J’ai noté quelques définitions qui peuvent servir. 

« Gîte rural » lorsqu’il est aménagé dans un bâtiment rural typique du terroir, indépendant et autonome ;
« Gîte à la ferme » lorsqu’il est aménagé dans un bâtiment, indépendant et autonome, d’une exploitation
agricole en activité ou à proximité immédiate de celle-ci

Un gîte grande capacité peut accueillir 15 personnes et plus. 
Plusieurs petits gîtes situés dans un même lieu, dont les capacités cumulées sont >15p, sont considérés comme un gîte grande capacité.

L’hébergement touristique de terroir répond aux conditions cumulatives suivantes :

1° le titulaire de l’autorisation est une personne physique ;
2° le titulaire et son cohabitant ne peuvent pas offrir plus de cinq hébergements touristiques de terroir au titre
de gîte rural, gîte citadin ou gîte à la ferme ainsi que pas plus de cinq hébergements touristiques de terroir au
titre de chambre d’hôte ou chambre d’hôte à la ferme;
3° l’obligation d’assurer un accueil du touriste;
4° Aux conditions relatives à la restauration fixées par le Gouvernement ; (qui reporte à un autre décret de 2016)

 

Outre le respect des conditions visées au paragraphe 1er, tout hébergement de grande capacité, qu’il soit
reconnu ou non par le Commissariat général au Tourisme, répond à un des deux critères suivants:

1° être en dehors d’un noyau habité, à une distance garantissant la quiétude des riverains ;
2° l’exploitant de l’hébergement touristique ou la personne chargée de la gestion journalière de l’hébergement
touristique assure la présence d’un responsable dûment mandaté en permanence sur place ou à proximité
immédiate et veille à la bonne application du contrat de location ainsi qu’au strict respect de la quiétude des
riverains.
L’exploitant de l’hébergement touristique s’assure que les occupants de ce dernier respectent les riverains et
leur quiétude normale. 

À bon entendeur….
À noter que les plaintes doivent être introduites auprès du Bourgmestre par lettre recommandée avec avis de réception (on ne sait jamais) . Petit conseil, envoyez également une copie au CGT. 

Changeons !

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

32 − = 27