Enquête publique Jean de Bohême à Durbuy. Réclamations


Texte envoyé ce jour. Forcément tout à fait incomplet tellement ce type de projet est complexe…

 

Bernard Adam                                                                      Le 12 juillet 2018

Chantal Rossignon

Rue du Colonel Vanderpeere 5

6940 Grandhan

 

Collège des Bourgmestres et Echevins
Ville de Durbuy

Service urbanisme

Ville de Durbuy
veronique.rensonnet@durbuy.be

 

Concerne : Enquête publique Destruction et reconstruction d’un hôtel place aux foires 1 et rue Théodule d’Ursel 27-31

 

 

Madame, Monsieur,

 

Nous ne voulons en aucune façon nous opposer à la modernisation de Durbuy Vieille-ville.
Cependant, la destruction et la reconstruction de l’ancien établissement Jean de Bohême et annexes pose des questions.

La démolition et la reconstruction à l’identique de l’immeuble « Hôtel Alexandre » ne nous paraît pas garanti dans le permis actuel. En effet, il est construite en moellons de pierre parfaitement équarris et ajustés. Il faudrait dès lors le démonter, conserver les pierres, pour le reconstruire à l’identique.
D’autre part, légalement, puisqu’il fait partie du patrimoine remarquable, ce bâtiment ne peut être abattu que s’il présente des risques d’effondrement, ce qui n’est pas le cas.
Il appar
aît dés lors qu’il doit être gardé en l’état extérieur et non démoli.

 

L’utilisation de pierres de type givetien est en soit une bonne idée à condition qu’elles soient extraites dans une carrière située en calestienne. En effet, cette pierre a la particularité de blanchir avec le temps et de s’intégrer parfaitement dans le bâti existant. Pas les autres.

 

Il n’est pas indiqué dans le cahier des charges que les pierres sont taillées en forme de moellons rectangulaires (Comme la grosse majorité des bâtiments de Durbuy Vieille Ville) .
Ils doivent être « montés » à l’ancienne pour une meilleure intégration .

 

Nous nous inquiètons également du côté large, haut et massif de ce bâtiment qui contraste avec la plupart des bâtiments actuels de Durbuy Vieille Ville. L’architecture proposée est ringarde, à la flamande, telle qu’on la trouve à la côte belge. Elle ne respecte en aucune manière nos traditions architecturales et notre culture.

L’accès au parking privé de l’hôtel se fera par la rue Tier Moreau. Le terrain parait fortement en pente à ce niveau, ainsi que la route.
Il faudra probablement effectuer des travaux importants à la voirie existante. On n’en parle pas dans le permis.
Cette voirie étant étroite, sera-t-elle définitivement mise à sens unique ?

 

Sur les plans mis à notre disposition, la Rue Théodule d’Ursel est pratiquement réduite à sa plus simple expression.
La construction d’une terrasse en face
de celle du sanglier pose le problème de la privatisation de l’espace public. Cette route ne sera-t-elle pas coupée à la circulation et annexée par le propiétaire des établissements ? En tout cas, sur les plans, ainsi que sur les animations disponibles il y a quelques mois, il semblait bien que oui.

 

La construction de plusieurs magasins liés à l’établissement alors que les magasins de Durbuy Vieille Ville se ferment les un après les autres ne parait pas une bonne idée.

 

Enfin et pour conclure, ce projet est « gigantesque » à la taille d’une toute petite entité comme Durbuy Vieille Ville. 4 grandes salles de restaurant supplémentaires, une terrasse couverte, un grill, 96 chambres, pour un tourisme qui stagne depuis une décennie à Durbuy, comme ailleurs, se pose le problème de la survie de l’hôtelerie « familiale » qui fait notre fierté.
L’offre d’ébergements du Groupe LPM/Sanglier sur la commune ne va-t-il pas devenir rapidement exédentaire ?

 

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations.

 

 

Bernard et Chantal Adam

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 62 = 63