La fracture numérique ? Hummm


C’est bien que Philippe Bontemps se penche sur la fracture numérique. 
C’est vrai que si on doit attendre Belgacom ou Voo pour avoir une connexion performante dans nos campagnes, il faudra attendre encore une décennie.
Le samedi et le dimanche, c’est inutile de se connecter chez voo, rien ne fonctionne.
Chez Belgacom, regarder un film en ligne tient de l’exploit (visuel) sportif tant les images sont médiocres.

C’est mieux à Barvaux et à Bomal qu’à Grandhan ou Enneille.
J’ai tout essayé et depuis 4 ans, je tourne sans fil, connexion satellite. La firme dont je suis client, c’est Sat2way. Il y en a d’autres.

Un peu + cher, mais si on prend son forfait téléphonique chez OVH par exemple (4 € par mois), on rattrape l’ensemble. 
Système éminemment fiable, sauf par gros orages.

Pourquoi toujours travailler avec des fournisseurs historiques peu performants alors qu’il existe des alternatives ?

Ceci dit, réduire la fracture numérique, c’est internet gratuit pour tous.Et pas autre chose.
L’éducation et l’information doivent rester un service public.
Pourquoi pas des connexions collectives ?
Nous nous pencherons sur la question en 2018.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

50 − 44 =