Campagne, hooo morne campagne.


 

C’est bizarre, cette campagne…
Dans deux mois, nous irons voter (ou pas !).
Les gens qui se présentent à nous, mis à part la toute petite liste citoyenne, les gens qui se présentent donc, n’ont pas de programme.
Pour les uns, c’est continuer la gestion actuelle, pour les autres, c’est « on ne sait pas encore ce qu’on va faire ».
Pourtant, les défis pour une petite commune rurale comme Durbuy sont  immenses.
Nous sommes à la croisée des chemins.
Les défis qui nous attendent, ce n’est pas « demain, avec ou sans Marc Coucke et LPM« , avec ou sans tourisme, avec ou sans parking, ce serait plutôt la gestion de notre ruralité.
Comment vivre en région rurale avec moins de mobilité, comment en créer une nouvelle, comment vivre avec une énergie plus chère chez nous qu’en ville alors que nous salaires sont plus petits, comment gérer les changements climatiques alors qu’une part de notre richesse est la terre et les forêts, comment gérer et réduire la pollution de l’air alors que les concentrations d’Ozone et les particules fines sont + importantes chez nous que dans une ville moyenne, comment gérer nos « anciens » qui ne pourront pas se payer de place en maison de repos, quelques questions qui devraient avoir été posée avec des centaines d’autres.

Notre ville risque bien de louper un tournant vital pour elle et ses habitants futurs.
Voter pour des partis qui ne posent pas les vrais problèmes, c’est condamner les habitants de Durbuy à subir sans choisir.

On ne sait rien faire…
Si, on sait.

Bernard Adam

25 plans pour changer d’air…

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

62 ÷ 31 =